cYberPoète

samedi 28 janvier 2006

melancholie


Melancholie - Edvard Munch

vie lente
ecoulement morne
pleurs de cristal
vie lente absente obsedante
rien ne bouge jamais
loin du monde
vrai
loin des paillettes
rien
ne va
jamais
comme le voudrait
le rève
l'espoir

lundi 23 janvier 2006

Un homme paisible



UN HOMME PAISIBLE
Henri Michaux


Etendant les mains hors du lit, Plume fut étonné de ne pas rencontrer le mur. «Tiens, pensa-t-il, les fourmis l'auront mangé... » et il se rendormit.

Peu après, sa femme l'attrapa et le secoua

« Regarde, dit-elle, fainéant ! Pendant que tu étais occupé à dormir, on nous a volé notre maison. » En effet, un ciel intact s'étendait de tous côtés. « Bah, la chose est faite », pensa-t-il.

Peu après, un bruit se fit entendre. C'était un train qui arrivait sur eux à toute allure. « De l'air pressé qu'il a, pensa-t-il, il arrivera sûrement avant nous » et il se rendormit.

Ensuite, le froid le réveilla. Il était tout trempé de sang. Quelques morceaux de sa femme gisaient près de lui. «Avec le sang, pensa-t-il, surgissent toujours quantité de désagréments ; si ce train pouvait n'être pas passé, j'en serais fort heureux. Mais puisqu'il est déjà passé... » et il se rendormit.

- Voyons, disait le juge, comment expliquezvous que votre femme se soit blessée au point qu'on l'ait trouvée partagée en huit morceaux, sans que vous, qui étiez à côté, ayez pu faire un geste pour l'en empêcher, sans même vous en être aperçu. Voilà le mystère. Toute l'affaire est là-dedans.

- Sur ce chemin, je ne peux pas l'aider, pensa Plume, et il se rendormit.

- L'exécution aura lieu demain. Accusé, avez-vous quelque chose à ajouter ?

- Excusez-moi, dit-il, je n'ai pas suivi l'affaire. Et il se rendormit.


extrait de "Plume"
edition Poésie GALLIMARD

lundi 16 janvier 2006

vitalité alambic


Vincent VAN GOGH - Nuit étoilé.

Decibels fusils
Corps affalés
assomés par la brutalité
noyés
decibels cris
existence essence
vitalité alambic
peurs essentielles
entres deux feux
mort sur les miroirs

sans espoirs
on avale
des litres de sirops d'extases
pour oublier
que l'on doit
oublier
la journée
les regards poignards enflammés sur nos corps bavant de fantasmes

Nuit agitées sans lendemains
sans oiseaux
noires.

dimanche 8 janvier 2006

Quète


Béatrice BURLET


Nous Cherchons
Le Graal
Nous trouvons
Le Mal
De vivre
Tapis au fond
Du livre
Qu'écris notre coeur
En quète de bonheur

jeudi 29 décembre 2005

Juste pour rire


Le cheval de la Mort
Salvator Dali
\--\--\--\--\--\--\--\------


J'aurais aimée aimer
rencontrer un prince
ou des princes

J'aurais aimée danser
toute la nuit
ou tout le jour

J'aurais aimée dormir
et puis rèver
seule ou accompagnée

J'aurais voulue pourvoir souffrir
peut-être
avoir des enfants

J'aurais surtout voulue vivre
mais la mort
m'a enlevée
Elle a guidée
son amant de dix-huit ans
sur ce chemin
ou nous nous sommes croisés
malencontreusement
Juste pour rire