cYberPoète

lundi 26 décembre 2005

Fin de règne

J'ai créé une bibliotheque poétique appelé Lyres, il y a quatres ans. Je faisais des mises a jour régulières.
Le site était hébergé chez Chez.com. Il générait un traffic d'environ 2000 visiteurs par mois.
Seulement voilà, l'hebergeur a d'abord été racheté par Tiscali. Ceux-ci ne se sont pas génés pour truffer les pages de pub de plus ou moins bon gout.
Et puis, depuis 2 semaines, Tiscali est passé chez Alice et là tout est clair, le site est tout bonnement inacessible. Tout cela sans un mail pour me prevenir, rien, silence radio.

Evidement, il s'agissait d'un hébergement gratuit, mais quand même on peut se poser des questions sur l'avenir du Web. Progressivement, tout se marchandize, bientot cet espace de liberté deviendra un lieu de commerce comme tant d'autres.
Dommage...

vendredi 9 décembre 2005

La peau du monde - René Daumal


Je vis et je vais m'interrogeant de la vie,
et l'image méconnaissable de moi-même,
ce monde d'air, de roc, de maisons, de lumières,
de millions de visages sans lois, sans voix,
ce cuivre, ce bois verni, ces souffles, ces cris
tournent, couleurs à fleur de peau,
formes touchés, mangés, - o suis-je ?


(Non, non, ce n'est pas une devinette,
hélas, ce n'est pas une devinette,
que ce soit ici ou ailleurs,
je ne me reconnais plus.)


Ordre si fragile de la géométrie,
ne me prodigue plus les consolations de ton coeur de fer.
Ces jours, je vais dans les couleurs et les sons même,
et je vois la nuit dans les plus vives lumières,
monde, monstrueux fantôme,
ton jour est la plus vide des nuits.
Une voix dit : o suis-je ? qui suis-je ?
Est-ce ma voix dans ce désert ?

La surface de chaque chose
est tendue par la nuit qui la gonfle,
- oh! cette nuit en voiles de soleil!-
Oui, cette parole dans la bulle d'illusion, cette parole perdue,
ce n'est jamais que la mienne.

Le contre-ciel - Poesie Gallimard

lundi 5 décembre 2005

Savoir attente

Si j'avais su le monde
Si j'avais su la vie
le travail les chaines
les oiseaux agonisants
les enfants morts en jouant près des rivières
enpoisonnées piégés par des hommes
comme moi
les enfants tués par des objets
fafriqués par d'autres enfants

Si j'avais su la nuit
les bars les filles nues
sous les paillettes
nues sous les costumes
vides derrière les sourires
en forme de billets de 20 dollars

Si j'avais su l'argent
Ce coeur qui bat ce coeur qui tue
l'amour
le rire

Si j'avais su tout cela
peut-être ne serais je pas venu
dans cette vie

Mais rien ne m'a été dis
alors comme tous je suis là
a crier dans le froid
sous les lumières vives
de cette chambre d'hopital
ou ma mère attend
attend encore cet enfant de rève
que je ne suis déjà plus.


Picasso - Mere et enfant Wikipedia : Picasso

dimanche 4 décembre 2005

caravanes

caravanes dans le vent
espoirs déchus le soir

vivre au jour le jours
sans attendre
le père
noèl

le monde est lourd
lourd a porter
dans les caravanes immobiles
figés pour l'éternités

enfances solitaires
misères quotidienne
on ne choisi pas d'être mobile immobile
on ne choisi pas la vie sans ressources
elle vous tombe dessus
soudainement.

mardi 29 novembre 2005

vol de nuit

Je vole
au dessus des lois invisibles
je vole
pour fuir l'absence de fleurs
je vole
loin du monde visible
la nuit
seul
dans mon lit

et le matin
je retombe
dans la pesanteur
le moindre atome de doute
me rapproche de la terre
inéxorablement.


Georges Braques
1871 - 1963
[ Vol de nuit (Oiseau XII)|http://www.orangerie-reinz.de/braqueaus-01.htm|fr]