cYberPoète

vendredi 1 septembre 2006

Phases inversees.



Dephase tes origines
les chauves souris androgynes
courent dans les couloirs
s'avancent dans le noir
sans un sourire
pas même un rire

Dephase ton ame
tous marchent et rament
mécaniques de l'inexistence
ventres vides coeurs rances
l'oeil livide
le cerveau empli de rides

Dephase les obstacles
brule les tabernacles
pas un rève
pas un glaive
a l'ombre du café
n'invente l'eternité

Déphase ton cri
ivre de vie
brandis la torche
devant les citernes
internes-externes
explose

enfin.



mardi 29 août 2006

La course au paradis perdu


Site de Maria Amaral



Il court après sa vie perdue
il court et jamais ne s'arrète, pour voir le chemin parcouru
pour voir les enfants aux yeux empli de pleurs
qui attendent son amour
Il court
Loin de sa vie, loin de son coeur
a la recherche du bonheur
du paradis perdu de son enfance

oubliant que la passé
jamais ne reviens agrémenté le present

mardi 22 août 2006

Prophétie du grand silence


Quanf le silence assourdissant des étoiles dansantes assombrira l'espoir
Quand la mort omnipresente tuera les enfants du bout du monde à grand coup d'indifference
Quand la peur ne cessera plus de resonner dans nos coeurs vide
Alors le monde sera au mains des hommes
dont le métier est de faire prosperer la nuit.
De ces hommes morts au coeur de leur coffre, de leur boite de Pandore.

samedi 19 août 2006

Boites


Mélodies effrénées
Diables en chemises
Cravates, déjantés
mal mises
au centre de la piste
tournent tournent
les lumières blèmes
des corps qui s'oublient
des milliers des mondes qui s'évitent
se regardent
sans se méler
loin des yeux
les miroirs.

mardi 8 août 2006

Dernières balises avant mutation




Paroles et Musique: Hubert-Félix Thiéfaine  "Dernières balises avant mutation"
© Editions Masq.

Les enfants de Napoléon,
Dans leurs mains, tiennent leurs roustons.
S'ils ont compris tous les clichés
Ça f'ra d'la bidoche pour l'armée...
Les partouzeurs de miss métro
Patrouillent au fond des souterrains
Mais ils rêvent d'être en hélico
À s'faire de nèg' et du youpin...
Les vopos gravent leurs initiales
Dans le brouillard des no man's lands
Et les démasqueurs de scandales
Prennent le goulag pour Disneyland...
Les gringos sortent un vieux crooner
Pour le western du silence
Demain, au Burgenbräukeller,
Je lègue'rai mon âme à la science...

Car moi je n'irai pas plus loin.
Je tiens ma tête entre mes mains.
Guignol connaît pas de sots métiers.
Je ris à m'en faire crever !

Le petites filles de Mahomet
Mouillent aux anticoagulants
Depuis qu'un méchant gros minet
Joue au flipp avec le Coran.
Les dieux changent le beurre en vaseline
Et les prophètes jouent Dracula.
S'il vous reste un fond d' margarine,
J'en aurai besoin pour ma coda

Car moi je n'irai pas plus loin.
Je tiens ma tête entre mes mains.
Guignol connaît pas de sots métiers.
Je ris à m'en faire crever !

Tu traînes ta queue dans la chaux vive
Et t'hésites à choisir ton camp.
T'as des aminches à Tel-Aviv
Et des amours à Téhéran...
Si tu veux jouer les maquisards
Va jouer plus loin, j'ai ma blenno.
Tu trouveras toujours d'autres fêtards.
C'est si facile d'être un héros...

Mais moi je n'irai pas plus loin.
Je tiens ma tête entre mes mains.
Guignol connaît pas de sots métiers.
Je ris à m'en faire crever !

Retour aux joints et à la bière.
Désertion du rayon képis !
J'ai rien contre vos partenaires
Mais rien contre vos p'tites sœurs ennemies.
Manipulez-vous dans la haine
Et dépecez-vous dans la joie.
Le crapaud qui gueulait : "je t'aime"
A fini planté sur une croix !

Et moi je n'irai pas plus loin
Je tiens ma tête entre mes mains.
Guignol connaît pas d'sots métiers...
Non moi je n'irai pas plus loin.
Je tiens ma tête entre mes mains.
Guignol connaît pas d'sots métiers.
Je ris à m'en faire crever.
Arsenic is good for you
À m'en faire crever
Arsenic is good for you
{ad lib}